Les gestes qui sauvent

Avant tout, il faut donner l'alerte (18, 15 ou 112).

  • Si vous n'êtes pas seul, chargez un tiers d'appeler pendant que vous pratiquez les premiers gestes de secours.
  • Si vous êtes seul, pratiquez les gestes de secours pendant 1 minute puis donnez l'alerte (ne raccrochez pas).

Allonger la victime au sol.

  • Si elle est habillée, desserrez ou dégrafez tout ce qui entoure son ventre ou son cou.
  • Vérifiez qu'elle respire en approchant votre joue de sa bouche et de son nez (vous sentirez ainsi son souffle) et en observant le soulèvement de son ventre et de sa poitrine.

La victime ne respire plus :

Comment réagir :

Maintenez d'une main le menton de la victime vers le haut et ouvrez sa bouche en utilisant le pouce. Avec l'autre main sur le front, maintenez la tête en arrière et pincez le nez pour empêcher toute fuite d'air. Appliquez votre bouche largement ouverte sur celle de la victime,

Soufflez de façon progressive jusqu'à ce que la poitrine de la victime commence à se soulever, redressez-vous et reprenez votre souffle tout en regardant la poitrine de la victime s'affaisser, réalisez une nouvelle insufflation, et ainsi de suite.

En cas d’échec :

Si, après deux insufflations par le bouche-à-bouche, la victime ne respire pas, ne bouge pas, ne tousse pas : pratiquez immédiatement un massage cardiaque ; réalisez quinze compressions dans la moitié inférieure du sternum puis deux insufflations et ainsi de suite jusqu'à l'arrivée des secours. Toutes les minutes, arrêtez-vous pour vérifier où en est la respiration de la victime. Si elle respire, installez-la sur le côté en position latérale de sécurité.

 La victime respire encore : 

Comment réagir :

Placez la victime sur le côté, en position latérale de sécurité et couvrez-là. Parallèlement, donnez ou faites donner l'alerte en appelant le samu (15). Jusqu'à l'arrivée des secours, surveillez sa respiration. Ci-dessous, la technique de la position latérale de sécurité, à appliquer chaque fois qu'une personne est inconsciente, le but étant d'empêcher que la victime ne s'étouffe avec sa langue et/ou ses vomissements.

Agenouillez-vous à côté de la victime et alignez ses jambes. Placez son bras le plus proche de vous à l'angle droit de son corps et pliez son coude tout en gardant la paume de sa main tournée vers le haut. Posez le dos de la main opposé contre son oreille qui se trouve de votre côté et maintenez-la (ceci pour assurer la stabilité de la nuque et limiter les risques de lésion de la colonne cervicale).

Avec l'autre main, attrapez la jambe opposée, juste derrière le genou. Relevez-la tout en laissant le pied à plat au sol. Faites rouler lentement le corps en tirant sur le genou vers vous, en tenant la main de la victime contre son oreille. Lorsque le genou de la victime est au sol, retirez votre main de sous sa tête tout en maintenant son coude pour que sa tête ne bouge pas. Ajustez la jambe pliée, de sorte que la hanche et le genou soit à angle droit et viennent, en prenant appui sur le sol, stabiliser la victime. Ouvrez sa bouche.

Si la victime est un nourrisson

Le bouche-à-bouche se transforme en bouche-à-bouche et nez : votre bouche englobe à la fois la bouche et le nez du bébé. Il faut souffler un peu plus vite, mais moins fort que pour un adulte.

Le massage cardiaque s'effectue uniquement avec deux doigts qu'il faut placer en dessous d'une ligne imaginaire passant par les deux mamelons. Comprimez régulièrement le sternum avec la pointe des deux doigts d'environ 2 à 3 cm à une fréquence de 100/mn. Intercalez une insufflation toutes les cinq compressions thoraciques et vérifiez la respiration toutes les minutes.